Porté par la croissance des innovations technologiques, le terme de mégatendances – ou megatrends – décrit un ensemble de changements environnementaux, économiques et sociétaux, d’une ampleur sans précédent. Elles ont ainsi vocation à redéfinir le monde dans lequel nous vivons dans les dix, vingt, ou trente prochaines années.

Elles concernent aussi bien les changements de la société en général, dans la manière de développer du business, dans le système financier, que notre rapport à la nature et à l’environnement.

Plus précisément, on identifie généralement cinq megatrends :

  • La croissance des innovations technologiques
  • Le changement climatique et la raréfaction des ressources
  • La croissance démographique mondiale
  • L’accélération de l’urbanisation
  • L’évolution du pouvoir économique

Alors, quelle stratégie d’investissement adopter dans ce nouvel environnement globalisé ?

Aujourd’hui, la plupart des investisseurs ont compris qu’il n’est plus utile de fonder leurs décisions d’investissement uniquement sur des informations historiques. Si celles-ci peuvent constituer un indicateur, elles ne sont en aucun cas un gage de performances futures. Les leaders d’hier et d’aujourd’hui ne seront pas les leaders de demain. Ainsi, même s’il est extrêmement difficile de prévoir ce que sera un bon investissement dans le futur – parce que ses évolutions sont structurelles en dépit des conjonctures – les megatrends peuvent nous donner de bonnes pistes.

En tant que conseillers en investissement financier, nous avons identifié plusieurs thématiques d’investissement qui découlent du suivi des megatrends.

Croissance des innovations technologiquesChangement climatique et raréfaction des ressourcesCroissance démographique mondialeAccélération de l’urbanisationEvolution du pouvoir économique
Thématiques d’investissement
Numérisation, robotique, IA, Blockchain

Crypto, Ordinateur quantique

Transition énergétique, eau, bois,Agriculture et nutrition, Santé, Vieillissement des populations dans les pays développésProjet d’infrastructure et de développement (Grand Paris…), Villes intelligentes, sécuritéMarchés émergents et « Frontière » (Asie, Afrique, EME)

1. Mégatrends : Croissance des innovations technologiques

Les innovations technologiques comme l’intelligence artificielle, l’Internet des objets, l’impression 3D, la blockchain, et les incroyables progrès de la robotique ont pu voir le jour principalement grâce au développement exponentiel de la puissance de calcul, et de la capacité des réseaux à faire circuler l’information.


Découvrez l’interview du gérant du fonds Echiquier Artificial Intelligence


Comme cela est parfaitement souligné par l’étude de Deloitte sur les mégatendances en 2017, ces technologies sont à même de transformer de nombreux usages et, par conséquent, l’économie.

Le Gartner, un cabinet de conseil et de recherche spécialisé dans le domaine des nouvelles technologies publie chaque année sa nouvelle courbe des technologies émergentes. Cette courbe est un excellent indicateur et permet d’avoir une bonne idée des tendance à surveiller dans les prochaines années.

hype cycle L’intelligence artificielle par exemple -IA-, présente à plusieurs niveaux de la courbe, offre des perspectives incroyables dans de nombreux secteurs. Même s’il ne faut pas lui attribuer des vertus qu’elle n’a pas, ou la comparer à l’intelligence humaine (un enfant peut reconnaître un chien quelle que soit sa race après une dizaine de contacts avec l’espèce, alors qu’il faut entraîner une IA avec des milliers d’images pour qu’elle puisse faire la différence entre un chien et un muffin), les innovations dans le secteur de la médecine visent aujourd’hui deux objectifs : combattre les maladies et repousser les limites de la vie humaine.

Par exemple, le super ordinateur Watson d’IBM est une sorte de super assistant des médecins. Il permet de compiler, lire et analyser les innombrables dossiers et publications scientifiques liés à une pathologie et de donner un premier diagnostic en quelques secondes au médecin, là où il aurait fallu plusieurs semaines de traitement humain. S’appuyant sur la technologie, les médecins pourront accélérer les diagnostics, les prises en charge adaptées et les débuts de traitements, permettant ainsi de sauver de nombreuses vies et d’améliorer la qualité de vie des patients.

La conjonction d’éléments, comme la vitesse de circulation de l’information (technologies 5G), la quantité de données disponibles (Big Data), l’analyse automatisée de ces données (IA et Deep Learning) et la robotique, laisse entrevoir des évolutions vertigineuses. Elles devront faire l’objet d’une attention particulière de la part de la société civile et des gouvernements afin de servir l’humain de manière positive.

Tout cela repose évidemment sur un pilier central : Internet. Pourtant, il est important d’avoir en tête qu’en 2019 seulement 57 % des êtres humains sont connectés. Les chiffres sont par ailleurs très disparates en fonction des continents et des pays.[1].

Cela donne une idée du potentiel de croissance à venir et des opportunités d’investissement à identifier.

Population mondiale connectée à l’Internet
Moyenne mondialeEurope et Amérique du NordAfrique Centrale
57%95%12%

2.Changement climatique et raréfaction des ressources

Le changement climatique entraîne déjà des mouvements économiques partout dans le monde. Qu’il s’agisse des catastrophes naturelles qui détruisent des villes entières, ou la raréfaction des ressources et des énergies fossiles, le changement a déjà commencé. Les perspectives économiques sont obligatoirement reliées à cet état de fait.

De grenelle en grenelle, sous la pression des opinions publiques, les gouvernements s’engagent à la réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Même la Chine, souvent pointée du doigt comme le mauvais élève, a pris l’engagement de réduire ses émissions de CO2 à 60 – 65% d’ici à 2030. Elle est aujourd’hui, paradoxalement, la championne des énergies vertes, multipliant les champs d’éoliennes en mer et les centrales solaires.

Par conséquent, le secteur des énergies renouvelables constituera sans nul doute une thématique d’investissement à ne pas négliger durant les prochaines années. Pour lui permettre de réellement prospérer et de se développer, l’un des enjeux principaux repose sur la capacité à trouver des solutions pour stocker l’électricité produite par ces énergies, ce qui est, à l’heure actuelle, très compliqué. Mais de nombreuses sociétés travaillent sur différentes pistes qui sont en cours d’exploration. Il est fort probable que, d’ici quelques années, des solutions permettront d’apporter aux énergies renouvelables toute la souplesse dont elles ont besoin.

De manière plus large, l’ensemble des sociétés des secteurs de la dépollution, de l’eau, de la gestion et du traitement des déchets, ainsi que de l’agriculture durable, va assurément tirer parti de ces impératifs environnementaux. Ces entreprises constituent donc un vivier d’opportunités d’investissement à long terme.

3.Croissance démographique mondiale

Alors que nous étions 3 milliards d’humains dans les années 60, nous sommes plus de 7 milliards aujourd’hui et la planète devrait compter plus 9,7 milliards d’habitants à horizon 2050. Les projections vont même jusqu’en 2100 où l’ONU prévoit 11,2 milliards de personnes sur Terre.

L’ensemble du globe connaîtra des changements démographiques qui pèseront bientôt sur toute la géopolitique et les stratégies économiques. Ainsi, aujourd’hui, ce sont les pays d’Afrique qui connaissent le plus haut taux de natalité.

À l’inverse, dans les pays d’Europe, la croissance de la population baisse. L’ONU estime que d’ici 2050 certains pays du continent devraient voir leur démographie baisser de 15 %, principalement dans l’Est (la Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, la Lettonie, etc.). Au Japon, le vieillissement de la population est déjà un enjeu très important qui devrait inciter le gouvernement à revoir sa politique d’immigration pour faire venir des travailleurs étrangers.

En parallèle à ces facteurs démographiques, le changement climatique conduira inévitablement à des déplacements de population. Une étude Deloitte annonce la migration de plus de 200 millions de personnes d’ici 2050, un phénomène uniquement dû au changement climatique. Aujourd’hui, 60 millions de personnes ont déjà dû se déplacer ou ont fui leur pays, ce qui représente le nombre le plus élevé jamais enregistré. Le sujet de la gestion de ces populations, qu’elles soient issues de la croissance démographique ou de phénomènes migratoires, deviendra encore plus stratégique dans les prochaines années.

4. Accélération de l’urbanisation

Les populations migrent par ailleurs de façon massive vers les villes, entraînant une augmentation de 50 000 habitants par jour dans le monde. Si bien que, désormais, 54 % de la population mondiale vit en ville. Et si l’Asie connaît la plus grande densité démographique dans les villes, dans les années qui viennent, l’Afrique la dépassera.

Parmi la population mondiale, le choix d’habiter en ville est principalement lié à l’évolution des modes de vie mais aussi, parfois, à une obligation afin d’avoir accès à des services de santé ou à l’éducation, ou tout simplement pour trouver des emplois correctement rémunérés dans le secteur tertiaire.

Particulièrement marqué dans les pays en développement, le pourcentage de population habitant dans les villes convergera durant les 30 prochaines années avec ceux des pays développés.

Cette urbanisation, voulue ou forcée par des besoins économiques, aura aussi des conséquences sur les modes de consommation, l’immobilier et les infrastructures (fourniture d’eau potable, énergie, mobilité et transports, communications, traitement des déchets). Dès lors, les défis auxquels vont devoir faire face les nouvelles métropoles des pays en développement sont gigantesques et constituent un véritable gisement d’opportunités d’investissement dans l’ensemble de ces secteurs.

Mais que la ville soit située dans un pays « émergent » ou dans une économie développée, les changements à venir seront profonds. La ville deviendra notamment de plus en plus intelligente via le concept de Smart City. À terme, grâce aux objets connectés et aux capteurs, c’est la ville entière qui sera interconnectée à toutes les infrastructures et aux services publics dans le but de concevoir des villes plus ouvertes, plus sûres et plus durables.

5. Evolution du pouvoir économique

Aujourd’hui, les États-Unis restent n°1 sur le podium des puissances économiques mondiales. La France est pour l’instant 7ème, mais perd un peu plus de terrain chaque année.

RangPaysPIB 2018 (milliards $)Evolution en %
1Etats-Unis21 3454.2
2Chine14 2176
3Japon51784.1
4Allemagne3964- 0.9
5Inde29729.4
6Royaume-uni28290
7France2762- 0.5
8Italie2026- 2.2
9Brésil19604.9
10Canada17391.6
11Corée du sud16572.3
12Russie1610- 1.3
13Espagne14290.2
14Australie1417- 0.1
15Mexique12411.5

Pour autant, soutenu par la dynamique démographique, le centre de gravité de l’économie mondiale devrait se déplacer vers les économies émergentes, au détriment des puissances économiques historiques[2]Le sujet sera en partie porté par la croissance de la population des classes moyennes. Pour illustrer l’ampleur du phénomène, il faut savoir qu’en 2000, 53% de la classe moyenne mondiale vivaient dans les pays émergents. En 2030, les projections montrent que c’est 95% de la classe moyenne mondiale qui vivra dans les pays émergents.

D’ici à 2050, la croissance mondiale moyenne devrait être de l’ordre 2,5%, celle des pays du G7 est attendue à 1.6% par an, tandis que celle des pays de l’E7 (Chine, Inde, Brésil, Russie, Mexique, Indonésie, Turquie) devrait s’établir autour de 3,5% en moyenne. Certains pays d’Afrique ou d’Asie pourraient même afficher des croissances supérieures à 5%.

Beaucoup de pays émergents profiteront de cette croissance. Les investissements dans cet univers présentent donc des perspectives à long terme particulièrement attrayantes.

6. Megatrends : Pourquoi investir ?

Un investissement dans les divers secteurs des megatrends représente donc une opportunité de participer aux changements structurels qui vont façonner notre futur et d’en récolter les fruits. Innovations technologiques, croissances démographiques, transitions énergétiques sont autant de défis à relever par l’humanité, tels qu’elle n’en a jamais connus. Cela fera évidemment naître de nombreuses opportunités d’investissement qu’il deviendra risqué de ne pas saisir.

Ainsi, les entreprises qui accompagneront ces évolutions devraient pouvoir tirer leur épingle du jeu, tout comme les investisseurs qui les accompagneront.

7. Avertissement et risques des megatrends ?

  • Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
  • La valeur d’un investissement peut fluctuer à la hausse comme à baisse avec de fortes amplitude et surtout à court terme. Assurez vous que votre investissement correspond à vos objectifs d’investisseur, à votre profil de risque et aussi à votre horizon de placement
  • Assurez vous toujours de bien comprendre les risques, avantages et inconvénient des supports sur lesquels vous investissez. Dans le doute abstenez-vous.
  • Faite vous accompagner par un professionnel qualifié, gérant, banquier privé, conseiller en investissement, ou conseiller en gestion de patrimoine pour vous aider à valider la pertinence de vos investissements par rapport à votre situation et à vos objectifs

 

[1]https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/lusage-dinternet-dans-le-monde-en-cinq-chiffres-963228

[2]http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2017/02/10/29006-20170210ARTFIG00012-quelles-seront-les-grandes-puissances-economiques-en-2050.php

Voici d’autres articles du même auteur qui pourraient vous intéresser :

 

 

Ludovic Farnault est associé et CEO du cabinet Farnault Investissement. Conseiller en gestion de patrimoine depuis 15ans. Diplômé d’un Master 2 en gestion patrimoine et en cours de formation d’un Executive MBA, il accompagne ses clients pour leur permettre de matérialiser leurs objectifs financiers et patrimoniaux.


Contacter Ludovic :