Mise à jour des informations liées à la crise du coronavirus

En cette période exceptionnelle provoquée par l’épidémie du Coronavirus – COVID-19, nous tenons à vous tenir informé de l’évolution « financière » de la situation et à vous assurer de la mobilisation de l’ensemble de nos équipes afin d’assurer la continuité de nos services.

Du coté des nouvelles concernant cette pandémie et de la réaction des marchés financiers, on peut clairement dire que les choses se sont emballées entre vendredi dernier, ou la majorité d’entre nous se préparait « tranquillement » à une ou plusieurs semaines de télétravail, et mardi matin ou la France se réveillait en état de guerre (pour reprendre les déclarations d’Emmanuel Macron) à quelques heures d’un confinement dure.

Du coté des marchés financiers, la chute s’est poursuivie et nous sommes maintenant depuis le début de l’année à -37.19% sur le CAC 40, -31% pour l’indice américain Dow Jones et des pertes qui vont jusqu’à -55% en Autriche ou dans certains pays émergents.

Face à cette situation, nous avons vu pu voir une multiplication des annonces de soutien budgétaire de grande ampleur partout dans le monde entier et l’affirmation d’un engagement quasi sans limite des gouvernements.

Mais cela n’a pas suffi à calmer la nervosité des investisseurs comme le montre la séance d’aujourd’hui au cours de laquelle le CAC 40 a encore abandonné 5.94%.

D’un point de vue statistique, on commence à voir sérieusement les conséquences économiques du Coronavirus. Le gouvernement français table actuellement sur un recul du PIB de 1% en 2020 (ça veut dire une croissance négative), et la récession mondiale semble inévitable. Là aussi, vient se superposer à la gravité des informations un problème de visibilité car on peut se demander si l’on aura encore des statistiques de qualité dans les prochaines semaines. Il faut espérer que les organismes en charges de ces études à l’échelle mondiale disposent de Plan de Continuation d’Activité qui vont leur permettre de produire leurs travaux en situation de confinement.

Do coté des Etats Unis ou la crise sanitaire ne s’est pas encore vraiment déployée, on a entendu plusieurs annonces hier sur le plan budgétaire. Les informations initiales faisaient état d’un plan de 850 milliards de dollars aux Etats-Unis. En fin de journée, l’administration Trump évoquait la mise en place de ce que les économistes nomment « hélicoptère money » avec le versement direct de 1000 dollars à chaque américain pour un budget total de 1.200 milliards

1;200 milliards de dollars c’est l’équivalent à 5,5 % du PIB américain. D’autres pays européens ont annoncé des plans encore plus massifs en relatif comme l’Espagne avec 200 milliards d’euros (15 % du PIB). En France, il n’y a plus aucune hésitation à évoquer les nationalisations notamment d’Air France pour le moment.

Pendant ce temps en Chine, pays à l’origine du virus, la vie « normale » reprend peu à peu son cours.

Les nouveaux cas identifiés de Covid 19 sont quasiment tous importés de l’étranger. Les usines redémarrent et les magasins rouvrent.  D’ailleurs les indices chinois ne sont en baissent « que » de 10% à 15% depuis le début de l’année.

Quelles décisions avons-nous prises ces derniers jours

Nous avons sensiblement désinvesti nos clients des supports exposés aux risques actions et/ou obligations pour deux raisons principales :

  1. A ce jour, nous n’avons que très peu de visibilité, les impacts de cette pandémie sur « l’économie réelle ».
  2. Et si aujourd’hui les gouvernants du monde entier semblent avoir pris la mesure du problème et qu’ils sont tous plus ou moins prêt à assurer financièrement la situation, les Etats Unis n’ont toujours aucun plan sanitaire valable.

Faire des pronostics et des prévisions à ce stade relève plus de la voyance que de l’analyse financière.

En revanche, on commence à avoir une idée de l’exponentielité de la courbe de diffusion de la maladie et des différentes solutions à mettre en place pour limiter sa létalité. Nous sommes au cœur de la crise en Europe, les USA ont quelques semaines de retard sur nous mais si on suit l’exemple chinois, nous devrions pouvoir sortir des mesures de confinement strictes en avril-mai en Europe et plutôt juin-juillet aux Etats Unis.

Les marchés étant toujours dans l’anticipation, il est probable qu’un mouvement de rebond assez violent se produise avant ces échéances.

Pour le moment, il nous parait trop prématuré d’entamer des actions de retour sur les marchés mais nous restons très attentifs de manière à pouvoir profiter de l’ensemble des liquidités disponibles dans les portefeuilles de nos clients pour reprogrammer des réinvestissements.

Par ailleurs, les mesures gouvernementales et des Banques Centrales en soutien à l’économie avec des taux d’intérêt très bas et des liquidités (encore plus) abondantes devraient soutenir fortement le mouvement de reprise.

Nous pensons également que cette crise va créer de nombreuses opportunités d’investissement, qu’il est encore un peu trop tôt pour identifier de manière fiable. Notre positionnement est donc positif à moyen/long terme mais très prudent pour les jours à venir.

Vous trouverez ci-dessous les performances de nos portefeuilles modèles (hors produits structurés et private equity). Pour information, seul le portefeuille prudent n’a subi aucun arbitrage, nos clients investis sur des modèles équilibrés et dynamiques ont une part importante de fonds euro et/ou supports monétaires en attente de réinvestissement.

Portefeuilles Modèles YTD 2020*
PrudentÉquilibréDynamique
0,16%-7,16%-18,32%

*Source Quantalys et Harvest O2S -Date de valeur au 16/03/2020 sauf pour Capimmo au 13/03/2020 et Dynapierre au 28/02/2020 

Farnault Investissement.

Notre cabinet de conseil en gestion de patrimoine gère 130 millions d’euros pour le compte de 230 familles et entreprises. Nous élaborons des stratégies d’investissement sur mesure, nous optimisons les solutions mises en place et la fiscalité. 

Ludovic Farnault est associé et CEO du cabinet Farnault Investissement. Conseiller en gestion de patrimoine depuis 15ans. Diplômé d’un Master 2 en gestion patrimoine et en cours de formation d’un Executive MBA, il accompagne ses clients pour leur permettre de matérialiser leurs objectifs financiers et patrimoniaux.


Contacter Ludovic :