Libra, le nouveau projet Blockchain de Facebook, fait déjà couler beaucoup d’encre. Fonctionnement, limite et perspectives, découvrez notre analyse du projet.

Début 2018, Facebook a annoncé son entrée sur le marché des crypto monnaies en dévoilant un nouveau projet : Libra. Le projet Libra devrait voir le jour début 2020 sur le site principal de Facebook mais aussi sur les filiales Messenger et Whats App sur lesquelles il sera possible d’utiliser la crypto monnaie de Facebook. Pour son lancement, Facebook a fait appel à une 20aine de partenaires de prestige comme Uber, Visa, Mastercard, Paypal et Coinbase. Libra devrait donc bénéficier d’une très forte visibilité dès son lancement grâce à la communauté Facebook mais aussi grâce à la communauté des partenaires du projet.

"Avec Libra, vous devriez bientôt pouvoir payer votre Uber et votre abonnement Spotify en crypto monnaies..."

En effet, la nouvelle monnaie de Facebook sera acceptée et utilisable sur l’ensemble des plateformes partenaires. Libra servira donc de monnaie d’échange et reposera sur la Blockchain, comme Bitcoin, mais présentera des caractéristiques bien distinctes. 

Lire la vidéo

Libra : Principe et fonctionnement de la nouvelle crypto monnaie de Facebook.

Libra est une crypto monnaie fonctionnant grâce à la blockchain. La blockchain, pour faire simple, c’est une technologie qui permet de créer et d’administrer un réseau informatique sur lequel on pourra échanger, stocker, et transférer des données. Comme nous l’avons vu dans notre dossier sur le bitcoin, il existe de nombreuses blockchains présentant des caractéristiques bien distinctes. Libra se distinguera des autres crypto monnaies grâce à l’une de ses caractéristiques principales : L’absence de volatilité.


Vous souhaitez en savoir plus sur Bitcoin, la Blockchain et les crypto monnaies ? Découvrez notre dossier complet sur Bitcoin en cliquant ici !


Stable coin : La crypto monnaie, sans la volatilité

Contrairement aux autres crypto monnaies, Libra ne devrait pas souffrir de la volatilité des prix qui freine grandement les commerçants. Concrètement, 1 libra devrait toujours avoir la même valeur. Cette valeur sera indexé sur un panier de devise dont notamment l’euro, le dollars, la livre et le Yuan. En effet, cette crypto monnaie a été créée de manière à être parfaitement stable, il n’y aura pas de variation de prix significatives comme sur le Bitcoin et les crypto monnaies habituelles. On parle alors de “stablecoin” ou de monnaie stable. 

Libra : Une alternative pertinente aux monnaies fiduciaires ? 

Le nouveau projet de Facebook semble donc parfaitement conçu pour s’imposer comme une alternative pertinente aux monnaies fiduciaires. Il pourrait notamment permettre de remplacer l’euros, ou le dollars, sur certains sites comme Facebook Marketplace qui tente de se faire un nom dans le E-Commerce. Néanmoins, même s’il en a potentiellement la capacité, le projet ne vise pas à remplacer l’euros ou le dollars mais plutôt à s’imposer comme une alternative et à engendrer de nouveaux modèles économiques. 

En effet, Facebook a annoncé que Libra servira aux échanges de fonds entre particuliers, mais aussi au paiement de biens et de services sur les différentes plateformes partenaires et au développement d’applications tierces. A priori, vous pourrez très prochainement payer votre Uber en crypto monnaies grâce à Libra. Toutefois, au delà des applications et des différentes nouveautés qu’il apporte, le projet Libra s’annonce d’avantage comme une révolution économique et politique. 

"Si vraiment Facebook et ses partenaires réussissent à mettre en circulation leur Libra en 2020, ce qui est tout sauf évident, ce sera un événement historique, sans précédent, à savoir une monnaie transnationale portée par un groupement d’entreprises privées."

André Orléan, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales.

Libra : Dangers, perspectives et limites.

Certains spécialistes, comme André Orléan, perçoivent ce nouveau projet comme une véritable révolution. Or, qui dit changement profond, dit incertitude. Derrière les annonces bienveillantes de Facebook se cache en réalité un projet révolutionnaire. Pour la première fois dans l’histoire, une entreprise, ou plutôt un groupement d’entreprises, va bénéficier de sa propre monnaie et donc d’une autonomie monétaire quasi totale. Cet aspect du projet soulève de nombreuses questions. En effet, plusieurs spécialistes, le congrès américains et des membres du gouvernement appellent à la prudence concernant le projet Libra. Une lettre a été envoyée à Mark Zuckerberg en personne, ainsi qu’à Sheryl Sandberg et David Marcus deux de ses collaborateurs, par trois membres du congrès pour demander la suspension du projet. On peut notamment y lire :

"Il semble que ces produits peuvent mener à un nouveau système financier {...} qui essaient de rivaliser avec la politique monétaire américaine et le dollar. Cela soulève des inquiétudes en matière de privacy, de trading, sécurité nationale et politique monétaire, {...} pour les investisseurs, consommateurs et l'économie mondiale"

Si le projet inquiète certains des acteurs concernés, il n’en demeure pas moins innovant et prometteur. Les plus optimistes se réjouissent même de ces changements. En effet, pour certains, une réduction du pouvoir des gouvernements et une augmentation proportionnelle du pouvoir des acteurs privées peut ouvrir la voie à de nouveaux modèles économiques et sociaux. En perspective, plus de flexibilité pour les utilisateurs grâce aux transactions quasiment instantanées fournies par Facebook. Pour les commerçants, c’est l’opportunité d’avoir une monnaie unique acceptée dans tous les pays du monde sans se soucier du change. Et pour les partenaires de Libra, c’est la perspective d’une indépendance financière et d’une omnipotence encore inégalées à ce jour. 

En outre, les cadres dirigeants du projet ont d’ores et déjà annoncé qu’en cas de réussite, le projet Libra pourrait être une porte ouverte pour le lancement de nouveaux produits d’investissements financiers. Le champs des possibles semble vaste, mais le projet à encore de nombreux défis à relever.

De nombreux défis à relever

Tout aussi prometteur soit il, le projet de Facebook a encore de nombreux challenges à remporter. Juridiquement, Libra a provoqué une véritable levée de bouclier. En effet, le congrès américain a demandé la suspension du projet et rien n’indique à ce jour que la CFTC et la SEC soutiendront Libra. De plus, l’agitation médiatique des dernières semaines autour des crypto monnaies, avec notamment le tweet du président Donald Trump, les annonces du président de la BCE ou encore du secrétaire d’Etat au trésor Américain, laisse à penser que tous ne sont pas forcément favorables au développement du projet. Techniquement, le projet aura également plusieurs défis à relever. La gestion des transactions pour 2 milliards d’utilisateurs représente un challenge conséquent y compris pour un géant comme Facebook. Enfin, dans les faits, bien que ce soit très probable, rien n’indique avec certitude à l’heure actuelle que le projet sera perçu positivement par la communauté et adopté massivement. 

Impact sur le marché des crypto monnaies 

Dans sa globalité, le marché des crypto monnaies risque d’être transformé par l’arrivée de ce nouvel acteur majeur. D’une part, la réussite du projet Libra pourrait entrainer une démocratisation du marché des crypto monnaies. Avec 2 milliards d’utilisateurs potentiels, Libra pourrait drainer énormément de particuliers et d’entreprises sur le marché. En effet, Libra devrait être échangeable contre d’autres crypto monnaies, dont notamment Bitcoin. Les particuliers utilisant Libra pourraient donc être séduits par la spéculation et les opportunités offertes par le marché des crypto monnaies.

Libra, un crypto-killer

D’autre part, Libra est également un “crypto-killer”. De nombreuses crypto monnaies “stables” (Stablecoin) existent déjà sur le marché, dont le très controversé “USDT”. Ces monnaies pourraient être totalement ou partiellement éclipsées par le projet de Facebook. De plus, l’arrivée de Libra pourrait entrainer d’autres entreprises, groupements ou Etats, à lancer leur propre projet.

En perspective, de nombreuses incertitudes propices à la spéculation et à la perte de capital. Nous recommandons la plus grande prudence aux personnes intéressées par le marché des crypto monnaies, les changements à venir engendrent de la volatilité et des mouvements de capitaux massifs qui peuvent être difficiles à maitriser pour un particulier comme pour un professionnel.

Ophélie Rouet est conseillère en gestion de patrimoine expert au sein du cabinet Farnault Investissement. Dotée de 8 ans d’expérience, elle est diplômée d’un Master 2 en Ingénierie et gestion de patrimoine. Elle accompagne également les clients pour leur permettre de matérialiser leurs objectifs financiers et patrimoniaux.


Contacter Ophélie :