Souvent « boudés » par les épargnants en raison de leur apparente complexité, les produits structurés sont pourtant des solutions de placement qui peuvent satisfaire plusieurs profils d’investissseurs. Présentation.
La définition des produits structurés
Un produit structuré est une combinaison de plusieurs produits financiers. Sa performance est calculée par l’application d’une formule mathématique basée sur les variations d’un actif de référence appelé sous-jacent. Ce dernier peut être, par exemple, un panier d’actions ou encore un indicateur de marché (EuroStoxx, Eonia).
Ainsi, plus le sous-jacent évolue favorablement et plus le rendement du produit structuré sera attractif. Par ailleurs, le produit structuré a une maturité relativement courte, allant de quelques mois à quelques années.
À l’échéance du placement, l’investisseur recouvre le capital investi majoré de la performance dégagée ou minoré des pertes. À moins qu’il ne choisisse un produit structuré lui assurant le versement de coupons annuels, à l’instar des obligations.
Un produit structuré pour chaque profil
On trouve sur le marché plusieurs catégories de produits structurés conçus spécifiquement pour répondre aux attentes du plus grand nombre de profils d’investisseurs. Pour ceux dont l’aversion aux risques est importante, certains contrats proposent une garantie du capital. Ainsi, en cas de baisse de valeur du sous-jacent, le capital est protégé partiellement ou totalement. Cependant, cette protection a un coût, se traduisant par une performance souvent revue à la baisse. Pour les épargnants plus intrépides, d’autres produits permettent de participer plus largement aux variations du sous-jacent ou encore utilisent des outils dits « de levier » qui permettent de « multiplier la mise ».
Mais attention, cela ne reste qu’une promesse de gains ! Car en cas de mouvements de marché, les pertes peuvent parfois être importantes.
Les risques associés aux produits structurés
Comme tout placement financier, les produits structurés comportent certains risques. Il peut s’agir d’un risque à l’échéance lorsque le sous-jacent a évolué défavorablement, occasionnant une perte en capital. Des risques de change lorsque le produit est basé sur un sous-jacent libellé en devise étrangère et qu’il n’a pas été prévu de couvertures de change. Le risque lié à l’émetteur des titres, c’est-à-dire à la capacité de l’établissement à rembourser sa dette. Ou encore un risque de liquidité, qui se produit lorsque l’investisseur, souhaitant céder ses titres, se heurte à une difficile revente de ses positions sur le marché secondaire.
Lexique

La maturité correspond à la durée résiduelle de vie d’un produit financier, c’est-à-dire au laps de temps existant entre un instant T et sa date d’échéance.
Un coupon correspond au montant de la rémunération (taux d’intérêt) attaché à un produit financier. Ce coupon peut être versé à échéances régulières ou en une seule fois à l’arrivée du terme du produit. On parle, dans ce dernier cas, d’un coupon zéro