L’assurance vie est un support d’investissement financier pertinent qui présente des caractéristiques attractives pour les particuliers qui souhaitent se constituer un complément de revenu, investir pour accroitre leur capital, ou encore transmettre. Explications, fiscalité et exemples : Zoom sur l’investissement préféré des français.

Assurance vie : Un investissement financier attractif

L’assurance vie est l’investissement préféré des français ! Avec une collecte nette d’environ 22 milliards d’euros en 2018, l’assurance vie prend la première place, loin devant le livret A qui n’a permis de collecter “que” 13 milliards d’euros en 2018. Pourquoi est-ce que l’assurance vie génère tant d’engouement auprès des particuliers ?

Liquidité : des fonds toujours disponibles

L’assurance vie est un véhicule d’investissement totalement liquide. Concrètement, cela signifie que les fonds déposés sur votre contrat d’assurance vie restent toujours disponibles. Pour récupérer en partie ou en totalité votre épargne, vous devrez réaliser ce que l’assureur appelle un «rachat».

Lorsque ce rachat concerne la totalité des sommes épargnées, le contrat est de facto clôturé. Lorsqu’il n’est que partiel, le contrat se poursuit sur la base de capitaux réduits.

Admettons que vous déposiez 50 000 euros sur votre contrat et que vous ayez un besoin exceptionnel quelques mois après pour, par exemple, l’achat d’une voiture à 17 000 euros. Vous aurez la possibilité d’effectuer un rachat, en fonction des conditions définies dans le contrat, puis d’acheter votre véhicule avec les fonds retirés. La fiscalité ne s’appliquera que sur les plus values réalisées avec ces 17 000 euros depuis la création du contrat, et votre contrat continuera à générer des rendements sur les 33 000 euros restants investis (50 000 – 17 000).

NOTA BENE : La Loi Sapin 2 peut toutefois limiter cette liquidité notamment en cas de crise financière “globale et majeure”. Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) peut prendre des mesures conservatoires et notamment restreindre temporairement la liquidité des portefeuille d’assurance vie (6 mois maximum). La souscription d’un contrat d’assurance vie de droit luxembourgeois permet de ne pas être soumis à ces contraintes.

Diversité : la possibilité d’investir sur une grande variété de supports financiers 

Les contrats d’assurance vie vous permettent d’investir sur une multitude de supports de différentes natures. Qu’il s’agisse de  fonds garantis (fonds en Euro), de supports financiers (OPCVM, Actions, obligations, ETF…) ou de supports immobiliers (SCPI, OPCI,…), vous aurez le choix entre une grande diversité de supports si vous décidez d’ajouter des unités de compte (UC) dans votre contrat.

Pour pouvoir accéder à une offre suffisamment large, il faudra vous tourner vers des contrats fonctionnant en architecture ouverte, c’est à dire capable de proposer des fonds issus de différentes sociétés de gestion, par opposition aux contrats en architecture fermée qui ne proposent que les fonds de la banque ou de la compagnie d’assurance commercialisant le contrat.

Simplicité : investir sur des supports habituellement privilégiés par les institutionnels

Certains contrats haut de gamme, distribués par les Banques Privées et/ou les Conseiller en Gestion de Patrimoine, offrent la possibilité d’investir sur des classes d’actifs comme le private equity, ou encore l’immobilier commercial qui habituellement, ne sont pas accessibles pour les particuliers, en raison de tickets minimums d’investissement sur ces supports très élevés et de la confidentialité de certaines offres.

Rentabilité : un placement potentiellement très rentable

La diversité des supports peut potentiellement permettre de bénéficier d’une rentabilité élevée en contre-partie d’un risque plus ou moins important. 

En effet, la valeur de vos supports d’investissement (hors fonds en euro) peut varier à la hausse comme à la baisse. Ajouter des unités de compte, quelle qu’elles soient, vous expose donc à un risque de perte de capital. Vous devez choisir minutieusement vos supports et éventuellement vous faire accompagner par un professionnel pour mieux comprendre le fonctionnement et les risques associés aux supports que vous choisissez.

Par exemple, le fonds Edmond de Rothschild Goldsphere B investi sur la thématique de l’or a perdu près de 12% en 2018, mais est en hausse de plus de 45% depuis le 1er janvier 2019 (Période du 1er Janvier 2019 au 2 septembre 2019)

Assurance vie : Fonds en euros et unités de compte

L’assurance vie est un contrat souscrit auprès d’un organisme d’assurance. Il permet à l’assuré de faire fructifier son épargne tout au long de sa vie en l’investissant sur différents supports et de transmettre le capital ainsi formé au moment de son décès. Bien entendu, le contrat peut prendre fin avant le décès de l’assuré si ce dernier décide de le clôturer en retirant l’argent qu’il y avait déposé. Tant que l’assuré est en vie, il peut effectuer des dépôts et des retraits sur son contrat en fonction de ses besoins et de ses objectifs. 

Les fonds versés sur le contrat génèrent des intérêts annuels en fonction des supports sur lesquels ils sont investis. Vous pourrez choisir des supports plus ou moins risqués et plus ou moins rentables en fonction de votre profil d’investisseur, du montant de votre capital, et de vos objectifs.

On distingue notamment deux grandes catégories de supports : Les fonds en euros et les unités de compte. Ces deux types de supports se différencient notamment par l’exposition au risque qu’ils génèrent pour l’assuré. Dans le cas des fonds en euros, les fonds sont garantis, vous n’êtes pas exposé au risque de perte de capital. Dans le cas des unités de compte, les fonds ne sont pas garantis, vous vous exposez à un risque de perte de capital. 

Assurance vie : Les fonds en euros

Les fonds en euros sont des supports financiers obligatoirement souscrits dans le cadre d’un contrat d’assurance vie. Ils offrent un rendement relativement limité, 1.6% en 2018 en moyenne, mais vous permettent de bénéficier d’un capital garanti. En effet, les fonds et les intérêts générés sont garantis par l’assureur et ne peuvent pas se déprécier. Ils permettent donc de lutter contre l’inflation (1.8 % en 2018) et de créer une poche de liquidité dans sa stratégie d’investissement tout en s’assurant de récupérer l’intégralité du capital et des intérêts générés. 

Néanmoins, les contrats permettant d’investir exclusivement sur les fonds en euros se font de plus en plus rares. Dans la plupart des cas, votre assureur vous contraindra à ajouter une part d’unité de compte dans votre contrat. De plus, le rendement des fonds en euros tend à diminuer d’année en année notamment parce qu’ils sont composés à plus de 80% d’obligations. Le taux des obligations chutant constamment depuis plusieurs années, le rendement des fonds en euros est inexorablement affecté. 

Pour en savoir plus sur les fonds en euros, nous vous invitons à lire notre article complet sur le sujet.

Assurance vie : Les unités de compte

Les unités de compte sont des supports financiers de diverses natures (fonds actions, fonds d’obligations, fonds diversifiés, SCPI, SCI, OPCI, …) qui peuvent être achetés dans le cadre d’un contrat d’assurance vie indépendamment, ou en complément, du fonds en euros. Les fonds investis sur des unités de comptes évoluent à la hausse comme à la baisse au gré des fluctuations des marchés. En ajoutant des unités de compte dans votre portefeuille, vous vous exposez donc à un risque de perte de capital. 

En revanche, les unités de compte sont potentiellement beaucoup plus performantes que les fonds en euros. Ajouter des unités de compte, si elles sont bien choisies, si elles correspondent à votre profil et si vous disposez de suffisamment de temps peut donc permettre de dynamiser significativement le rendement de votre contrat. Toutefois, choisir les meilleures actions, les meilleures SCPI, ou tout autre support, requiert des connaissances précises et actualisées. Par conséquent, il est recommandé de se faire accompagner dans cette démarche par un conseiller financier ou un gestionnaire de patrimoine afin de limiter les risques encourus au maximum et d’optimiser vos performances.

Pour en savoir plus sur les unités de compte, nous vous invitons à lire notre article complet sur le sujet.

Un outil pertinent pour votre stratégie patrimoniale

L’assurance vie est un outil pertinent dans le cadre de l’élaboration de votre stratégie patrimoniale. Ces contrats permettent de diversifier votre patrimoine tout en gardant une poche de liquidité. Certains contrats vous permettent même d’accéder à des supports habituellement réservés aux investisseurs institutionnels comme le marché du private equity. Ces contrats sont aussi très pertinents dans le cadre d’une stratégie de transmission de votre patrimoine au regard des dispositions particulières misent en place par la loi pour ce type de support. Enfin, ils jouissent d’une fiscalité très avantageuse qui offrent des opportunités multiples facilement adaptables à vos contraintes et à vos objectifs. 

Exemple : fonds en euros et unités de compte

Prenons deux exemples : un contrat investi uniquement sur un fonds en euros et un contrat investi en majeure partie sur des unités de compte.

Le fonds en euros Cardiff

fonds en euros cardiff
Données issues de quantalys.com pour le fonds en euros Cardiff

Dans le cas du fonds en euros Cardiff, entre 2006 et 2018, vous auriez réalisé une plus value d’environ 48%, soit en moyenne environ 3.6 % par an. Toutefois, si on se limite aux cinq dernières années, de 2014 à 2019, vous auriez réalisé une plus value annuelle moyenne d’environ 2.36 %. 

De plus, on peut observer qu’il n’y a aucune volatilité sur les fonds en euros. En effet, Les intérêts générés augmentent linéairement d’année en année mais le rendement devient de plus en plus faible.

Cela traduit les notions exposées précédemment. Le capital et les intérêts générés sont garantis par l’assureur, vous n’êtes pas exposé à une perte en capital, mais les rendements offerts par les fonds en euros tendent à diminuer. 

Un portefeuille intégrant 70% d’unités de compte et 30% de fonds en euros

portefeuille majoritairement investi en UC
Données issues de quantalys.com

Dans le cas de cette allocation d’actifs, les performances cumulées entre 2004 et 2019 sont de l’ordre de 310 %, soit environ 210 points de pourcentage supplémentaires par rapport au fonds en euros seul. Néanmoins, l’accroissement du capital n’est pas aussi linéaire que sur le fonds en euros. Il y a notamment eu de fortes périodes de chute en 2008, en 2015 et en 2018. Concrètement, vous auriez pu perdre du capital et/ou tout ou partie des intérêts générés. En revanche, l’espérance de gain est beaucoup plus élevée qu’avec les fonds en euros.

Assurance vie : Une fiscalité avantageuse

L’assurance vie bénéficie d’une fiscalité avantageuse. Sous réserve de les conserver suffisamment longtemps, les intérêts annuels générés par vos supports sont relativement peu fiscalisés. En cas de rachat, une partie des produits est exonérée de fiscalité. En cas de décès, les sommes versées et les intérêts générés peuvent bénéficier d’un abattement conséquent qui dépend de l’âge du souscripteur au moment du versement. D’ailleurs, cette dernière caractéristique fait de l’assurance vie un excellent outil pour assurer la transmission de son patrimoine.

La fiscalité des rachats de l’assurance vie 

Elle dépend notamment de trois éléments : La durée de détention du contrat, la date des versements et le montant des versement. 

Voici un tableau récapitulatif des principales modalités fiscales de l’assurance vie en cas de rachat :

Par exemple : Si vous aviez versé 180 000 euros à l’ouverture de votre contrat le 31/12/2017 puis que vous aviez décidé de retirer 10 000 euros le 31/12/2018, avec un rendement annuel de 5%, vous auriez réalisé une plus value de 9000 euros. Le montant de l’impôt à payer sur le rachat aurait été de 476,19*0.128 + 476,19*1.172 soit : 60.95 + 81.90 = 142,86.

La fiscalité en cas de décès du bénéficiaire 

La fiscalité en cas de décès dépend de la date d’ouverture de votre contrat d’assurance vie (avant ou après le 20 novembre 1991), de la date de vos versements (avant ou après le 13 octobre 1998) ainsi que de votre âge au moment des versements (avant ou après 70 ans)

Nota Bene : Le conjoint marié ou pacsé survivant, bénéficiaire de vos capitaux décès, est totalement exonéré de droits de succession en cas de décès (hors prélèvements sociaux), quel que soit le montant transmis et quelle que soit la date de souscription du contrat d’assurance vie et des versements effectués.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller en gestion patrimoine pour vous faire accompagner sur l’étude des meilleurs solutions à mettre en place.

Ces articles pourraient vous intéresser également :

 

Benjamin Pansier est conseiller en gestion de patrimoine junior. Il accompagne les clients de notre cabinet dans l’élaboration et l’optimisation de leur stratégie d’investissement. Son expérience lui permet également de participer activement au développement de la présence en ligne du cabinet de conseil en gestion de patrimoine Farnault Investissement.


Contacter l’auteur :